| Good'In Shop
The Neither Chapter : Chapitre 1er

The Neither Chapter : Chapitre 1er

Chapitre 1er : La vie continue.

 

Sanctuaire, Grèce.

 

Plusieurs mois s’étaient écoulés depuis le départ de Kôga et Eden, partis voyager à travers le monde.

La vie avait repris son cours, les chevaliers avaient fini de panser leurs blessures, de reconstruire le sanctuaire et purent de nouveau s’occuper de l’entraînement de leurs apprentis, pour en faire des chevaliers.

 

Depuis le parvis de son palais, Harbinger, nouveau Pope désigné par Athéna, était satisfait de ce qu’il a pu accomplir en quelques mois avec l’aide et le soutien des autres chevaliers d’or. Il restait cependant un problème que le Pope n’avait pas réussi à régler et il espérait que sa déesse puisse l’aider à y voir plus clair.

 

Athéna : Harbinger !!

Harbinger : Athéna !! Je vous croyais en train de vous reposer dans votre temple.

Athéna : Je me suis assez reposé, je te remercie. Il me semble que tu es venue me parler d’un problème qui te préoccupe.

Harbinger : Tout à fait !! Je viens à vous, car nous n’avons toujours pas trouvé des prétendants pour les armures d’or vacantes. Et malgré le fait que la paix soit revenue sur l’ensemble de la planète, reconstituer votre garde reste l’une de mes priorités !!

Athéna : Ton dévouement me touche au plus haut point, Harbinger. Et cela me conforte dans la décision que j’ai prise en te nommant Grand Pope. Pour ce qui est des prétendants pour les armures d’or, ne t’inquiète pas, ils apparaîtront en temps voulu pour protéger le sanctuaire.

Harbinger : Vous avez raison. Et de toute façon, la route menant à votre temple est protégée par les autres chevaliers d’or et par Soma et les autres chevaliers de bronze.

Athéna : En effet ! Et cela me rassure aussi. As-tu eu des nouvelles de Kôga et Eden ??

Harbinger : D’après Shina, ils seraient en train de visiter toute l’Europe et ne devraient pas tarder à revenir au sanctuaire.

Athéna : C’est une très bonne nouvelle. Je pense qu’ils seront très surpris par les changements que tu as apportés. C’est peut-être aussi l’occasion d’organiser une petite fête pour leurs retours.

Harbinger : Très bonne idée !!! Je me charge de tout organiser pour leurs retours.

Athéna : Je te laisse carte blanche pour tout gérer. Et qu’en est-il d’Integra ?

Harbinger : Aux dernières nouvelles, elle se trouverait en Egypte à la recherche de personnes dotées d’un cosmos assez puissant pour prétendre à une des armures d’or

Athéna : J’apprécie énormément ce qu’elle fait. Depuis la fin de bataille contre Saturne, elle fait tout ce qui est en son pouvoir dans la reconstruction du Sanctuaire.

Harbinger : Elle vous est complètement dévouée. De plus, elle ne se ménage pas pour accomplir son devoir de chevalier d’or. Elle a déjà trouvé plusieurs candidats pour les armures de bronze et d’argent, ce qui en soit est un exploit de taille après tout ce que nous avons vécu.

Athéna : Depuis notre retour, elle essaye de faire son deuil. Je ne peux lui en vouloir d’agir pour le bien du Sanctuaire. Je lui parlerais à son retour.

Harbinger : Comme il vous plaira. Je m’en vais commencer les préparatifs.

 

Peu après leur entrevue, Athéna retourna dans son temple, tandis que le Grand Pope s’occupa des préparatifs pour le retour des deux chevaliers.

 

Pendant ce temps là, dans la première maison, Kiki, le Chevalier d’Or du Bélier s’affairait à la réparation des dernières armures qui avaient souffert lors de la dernière bataille. Raki, sa jeune élève, restait prête à aider son maître.

 

Kiki : Raki, prépare-toi à verser la poussière d’étoiles !!

Raki : Oui, maître Kiki.

Kiki : Encore quelques coups à donner et l’armure de la Lyre sera complètement réparée.

Raki : Maître, j’ai entendu dire que cette armure d’argent avait disparu pendant plusieurs années avec son dernier propriétaire.

Kiki : C’est exact !! Le dernier chevalier à avoir porté l’armure de la Lyre s’appelait Orphée. J’ai appris de la bouche de Seiya et de Shun que ce chevalier avait la réputation d’être aussi puissant que les chevaliers d’or, mais que malheureusement il perdit la vie lors de la dernière guerre sainte qu’Athéna a menée contre Hadès.

Raki : Et notre déesse a réussie à la faire revenir au sanctuaire.

Kiki : Cela a pris du temps, parce que les Enfers furent détruits en même temps qu’Elysion. Mais après plusieurs tentatives, nous avons réussi à la faire revenir des Enfers.

Raki : En tout cas, j’espère que le prochain chevalier qui pourra la revêtir sera aussi exceptionnel que son prédécesseur.

Kiki : Seul le temps nous le dira. Et de toute façon, il y a Kôga et les autres bronzes qui se sont éveillés à l’Oméga. Pour l’instant, hâtons-nous à la réparation de l’armure.

Raki : Oui, maître Kiki.

 

Et sur ces dernières paroles, Kiki se remit au travail, mais pensa que sa jeune élève n’était pas loin de la vérité.

 

Plus loin, en Egypte, Calliope errait dans les rues du Caire à la recherche de nourriture pour son jeune frère et elle. N’ayant plus leurs parents pour veiller sur eux, elle devait se débrouiller pour subvenir à leurs besoins, allant jusqu’à mendier pour survivre, malgré le fait qu’on pouvait voir en elle un amour et une bonté sans pareil. Après plusieurs heures à faire la manche où elle réussi à récolter quelques pièces, elle prit le chemin en direction de la maison où elle avait trouvé refuge. En chemin, elle se retrouva devant une bande de jeunes à l’allure louche.

 

Un des voyous : Et toi, viens voir un peu par ici.

Calliope : Je n’ai pas le temps, j’ai mes parents qui attendent que je rentre.

Un autre : Bien sûr, comme si on allait te croire !!

Calliope : Je vous le répète, je n’ai pas le temps !!

Le voyou : C’est nous qui décidons !!! Donne-nous ce que tu as et sans discuter.

 

Malgré la peur qu’elle ressentait, Calliope ne voulait pas obéir aux menaces des voyous.

 

Calliope : Pour la dernière fois, laissez moi tranquille !! Je dois rentrer !!

Le voyou : Crois-tu vraiment que l’on va t’écouter ?

Une voix déterminée : Moi je pense que tu as tout intérêt à faire ce qu’elle te dit.

 

Surpris par cette voix féminine, le groupe de voyous, ainsi que Calliope, se retournèrent pour apercevoir une belle jeune femme, aux cheveux couleur bleu ciel et portant une étrange boîte dorée sur ces épaules.

 

Le voyou : Que veux-tu, femme ? Ne vois-tu pas que nous sommes occupés ? Tu ferais mieux de passer ton chemin si tu ne veux pas avoir d’ennui.

La jeune femme : Tu parles beaucoup pour un gamin. Et vu que je n’ai pas de temps à perdre avec vous, je vous demanderai de quitter les lieux immédiatement.

Un autre voyou : Non mais pour qui te prends tu, femme ? Tu penses vraiment que nous allons t’écouter.

 

Le voyou s’approcha de la jeune femme, espérant l’intimider. Mais il ne récolta qu’une bonne et magistrale gifle qui le renvoya vers ses compagnons.

 

La jeune femme : Pour la dernière fois, partez ou ça ira très mal pour vous tous.

 

Le groupe de voyous, plus menaçants que jamais, commencèrent à se diriger vers la jeune femme pour lui régler son compte, sans oublier de s’occuper de Calliope. Mais ils durent tous s’arrêter à quelques mètres de la jeune femme, comme tétanisés. Car en effet, une sorte de halo doré entoura la jeune femme, effrayant les voyous, qui, ne comprenant pas ce qu’ils avaient, prirent la fuite sans même s’occuper de Calliope.

 

La jeune femme : Une bonne chose de faite. Si jamais je les retrouve sur mon chemin, je leur apprendrais la politesse.

Calliope : Merci beaucoup, madame. Vous m’avez sauvé la vie.

La jeune femme : Ne me remercie pas, c’était tout naturel. Comment t’appelles-tu ?

Calliope : Je me nomme Calliope et vous madame.

Integra : Je me nomme Integra et je suis le Chevalier d’Or des Gémeaux.

Calliope : Un… un chevalier d’or ? Je ne comprends pas. Qu’êtes-vous donc ? Et pourquoi ai-je vu une sorte de lumière dorée tout autour de vous ?

 

Integra ne put cacher son étonnement face aux questions de Calliope. Elle qui pensait n’être qu’au début de ses recherches, dut se rendre à l’évidence que la chance ou plutôt le destin, était de son côté.

 

Integra : Ainsi tu peux la voir. Tu dois surement être la personne que je cherche depuis mon arrivée !!

Calliope : Vous me cherchiez !! Mais pour quelle raison ?

Integra : Disons que je suis venu dans ce pays dans le but de rechercher des gens avec des dons assez particuliers. Est-ce ton cas Calliope ?

Calliope : Je ne sais pas si on peut parler de don, mais j’ai toujours eu l’impression que j’étais quelqu’un de spéciale.

Integra : Qu’entends-tu par-là ?

Calliope : J’ai l’impression d’être en harmonie avec la nature, qu’elle se cale par rapport à mon humeur. J’avoue qu’au début tout cela me faisait peur car, par exemple, si j’étais triste les nuages masquaient le soleil et la pluie tombait sur le sol aride d’Egypte et maintenant, je sais le contrôler et j’ai appris à vivre avec.

Integra : Ce qui démontre que tu possèdes une très forte volonté et que c’est le destin qui m’a amenée jusqu’à toi. Maintenant reste à savoir si tu es prête à entendre ce que j’ai à te dire.

Calliope : Je vous écoute.

Integra : Comme je te l’ai dit, je me nomme Integra, le chevalier d’Or des Gémeaux. Je fais partie d’un ordre de chevaliers qui assure la protection de la déesse Athéna, fille du grand Zeus, qui se réincarne sur Terre tous les 200 ans pour combattre le mal sous toutes ses formes. Chacun de ses chevaliers est sous la protection d’une des 88 constellations du ciel. Fidèles à Athéna qui détestait les armes, ils n’usaient de leur force physique que pour se battre et la protéger. Et après un entraînement intensif, ils sont capables d’entrouvrir le sol rien qu’avec un coup de pied et leurs poings peuvent pourfendre le ciel. Et si je suis devant toi aujourd’hui, c’est parce que je sens chez toi un pouvoir latent, pouvoir que l’on nomme cosmos, qui te rend apte à en devenir une et prétendre à une armure. Est-ce que tu comprends tout ce que je te dis ?

Calliope : C’est assez confus pour moi d’apprendre tout cela juste après que vous m’ayez sauvé. J’ignore pourquoi, mais j’ai envie de vous croire. Que pouvez-vous me dire de plus.

Integra : Il y a énormément de choses que je pourrais te dire sur nous et sur notre déesse, mais cela serait plus simple si tu acceptais de m’accompagner en Grèce pour la rencontrer et elle te donnera les réponses à tes questions.

Calliope : Je ne comprends pas tout, mais mon instinct me dit que je peux vous faire confiance et j’avoue aussi que je préfère vous suivre plutôt que de rester ici à survivre.

Integra : Je sais que tout cela peut paraître très confus pour toi. Mais sache que c’est un chemin très difficile que tu t’apprêtes à prendre et que je veux que tu en sois bien consciente, car une fois arrivée au Sanctuaire, tu ne pourras plus revenir en arrière.

Calliope : Je comprends très bien ce que vous me dites et j’ai quand même décidé d’emprunter cette voie, car je veux croire que chaque personne suit un chemin bien précis. Vous ne le croyez pas Integra ?

 

C’est sur ces dernières phrases que les jeunes femmes se dirigèrent vers la demeure de Calliope pour annoncer au frère de cette dernière l’énorme changement de leurs vies.

 

Plus loin, en Grèce,

 

Une jeune femme, accompagnée d’un homme, couraient à grandes foulées, car ils étaient poursuivis par deux individus.

 

La jeune femme : Pourquoi en ont-ils après nous, Titan ?

Titan : Cela n’a aucune importance, Déesse Pallas. Ce qui m’importe, c’est votre sécurité et votre bien-être.

 

Depuis la fin de la bataille contre Saturne, Pallas, accompagnée de Titan, voyageaient de pays en pays, pour réparer les dégâts causés par les pallasites. Mais cette nuit là, ils durent s’enfuir du village où ils séjournaient, à cause de ses deux personnes qui les poursuivaient et qui semblaient dégager de puissants cosmos.

 

Individu 1 : Rendez-vous !!! Vous ne pouvez pas fuir indéfiniment !!!

Individu 2 : Que vous le vouliez ou non, on finira bien par vous avoir !!

Pallas : Mais que nous voulez vous à la fin et puis d’abord qui êtes-vous ?

Individu 1 : On nous a envoyé ici pour vous capturer, Pallas !! Et aussi éliminer toutes les personnes qui se mettront en travers de notre route.

Titan : Comment oses-tu t’adresser à la déesse de l’amour sur ce ton !!! Ton châtiment sera la mort.

Individu 1 : Crois-tu vraiment me faire peur, alors que tu n’es plus le fier et puissant Pallasite que tout le monde craignait, Titan !!! Ah ah ah !!!!

Titan : Satellite Crusher !!!

 

Titan lança deux boules d’énergies à la vitesse de la lumière vers ces deux mystérieux individus, mais à sa grande surprise, ils parvinrent à stopper l’attaque de Titan sans aucune difficulté.

Individu 2 : Si c’est cela la puissance du protecteur de Pallas, alors nous n’avons rien à craindre de lui.

Titan : Comment ???

Individu 1 : Il suffit Gordes !! Rappelle-toi que nous avons une mission à remplir.

Gordes : Tu as raison, Baal. Finissons-en avec ce pallasite déchu.

Pallas : Mais qui vous envoi donc pour me capturer ?

Titan : Croyez vous vraiment que je vous laisserai l’emmener avec vous sans réagir.

Baal : Adieu, Titan !!

 

Ayant suffisamment perdu du temps à les poursuivre, Baal, à la grande surprise de Pallas et Titan, déploya un cosmos d’une immense puissance qui impressionnait même la déesse de l’amour,

 

Baal : Eternal Torment !!

 

L’attaque du dénommé Baal se dirigea vers Titan à la vitesse de la lumière qui se trouvait impuissant face à cette démonstration de force quand, soudainement, deux voix retentirent à leur tour.

 

Pegasus Ryû Sei Ken !!

Tonitrui Saltare !!

 

Une terrible déflagration repoussa toutes les personnes se trouvant sur le champ de bataille. Gordes et Baal furent très surpris par la tournure des événements.

A l’endroit même où Baal se préparait à donner le coup de grâce à Titan, se trouvait à présent deux personnes revêtues d’armures très imposantes, que Pallas et Titan reconnurent sans aucune difficulté.

 

Pallas : Kôga !!!

Titan : Eden d’Orion !!!

Kôga : Pallas, Titan !!! Est-ce que vous allez bien ?

Eden : Pouvez vous nous expliquer ce qu’il se passe ici ?

Pallas : C’est deux individus ont apparemment reçues la mission de me capturer par n’importe quel moyen !!

Titan : Et ils auraient surement réussis, si vous n’étiez pas intervenus.

Gordes : Qui êtes-vous à la fin ?

Baal : Calme-toi !! Ne vois-tu pas que nous avons affaire à deux chevaliers d’Athéna et pas des moindre, puisque nous avons devant nous le fils de Mars et le tueur de dieux, Pégase.

Gordes : Autant faire d’une pierre deux coups en ramenant leurs têtes à nos maîtres !!!

Kôga : Je ne sais pas ce que vous voulez, mais ne croyez pas que nous allons rester là sans rien faire.

Gordes : Petit avorton !! Crois-tu vraiment pouvoir faire le poids contre moi ??

Baal : Ça suffit comme çà, Gordes !! Nous partons.

Gordes : Mais enfin !!!

Baal : Oserais-tu m’énerver Gordes ? Ne vois-tu pas que ce combat risque de nous être défavorable, malgré le fait qu’ils doivent protéger Pallas. Et de plus, nous avons suffisamment perdu notre temps. On se retire !!!

Eden : Vous fuyez, bandes de lâches !!

Baal : Cette provocation est indigne de toi, Eden d’Orion, fils du dieu Mars. Nous nous en allons, car nous avons rempli la mission que nos maîtres nous avaient confié et que très bientôt, ils récupéreront ce qui leurs reviens de droit et que tout le monde, humain ou dieux, devront les craindre.

 

Et c’est ainsi que les deux guerriers disparurent instantanément, à la grande stupéfaction de leurs adversaires.

 

Kôga : Il faut qu’on aille de toute urgence au Sanctuaire pour avertir Athéna !!!

Eden : Tu as raison et je pense que vous devriez nous accompagner aussi.

 

Pallas et Titan acceptèrent de les suivre vers le domaine d’Athéna pour l’avertir de cette nouvelle menace.

Laisser un commentaire

Fermer le menu
×
×

Panier